Skip to content

TEST de Othercide: quand Tactical et Rogue-Like se conjuguent à l’imparfait

Posted in La voyance au téléphone

Une voix douce et rassurante nous intimement au loin dans les ténèbres. Le monde et son propre corps sont au bord de la rupture, mais La Mère tient bon pour venir en aide à l'élu, un enfant, une victime … . Une fin tragique, mais qui est, à l’image du reste de l’aventure, synonyme de renaissance plus passionnante encore. Son sacrifice ultime donne naissance aux Sœurs. Ce sont elles que nous serons amenés à diriger et qui tâcheront d’accomplir le dessein de La Mère en retraçant le passé de l’enfant corrompu.

C’est toute la boucle de gameplay qui devient très vite répétitive.

Othercide est là pour nous raconter une histoire cruelle, mais il faut bien avouer que les artistes de Lightbulb Crew le font avec un certain panache qui ne laisse pas indifférent. La direction artistique est la première a choisi qui nous saute aux yeux. Nous sortons de notre bouche un «ce jeu à la gueule» avant d’ajouter, un peu penaud «… à condition d’aimer les nuances de gris et de rouge». Le character design et le sound design sont tout aussi réussis. Ce dernier ne fera cependant pas l'unanimité à cause de certaines musiques un peu trop perchées par rapport à l'action qui se déroule, mais aussi et surtout à cause de phrases beaucoup trop redondantes qui sortent autant de la bouche de La Mère que de celles des ennemis.

Sur la forme, l’identité d ’Othercide façon Sin City est enviable. Sur le fond le débat est déjà un peu plus nuancé, et ce n’est pas à cause du dogme de Lightbulb qui prône ici la difficulté déraisonnable et les choix cornéliens. De ce côté-là, nous pouvons dire que la promesse est tenue puisque même les adeptes des XCOM et autres Darkest Dungeon verront leurs compétences mises à rudes épreuves. Chaque attaque adverse s’avère dévastatrice pour vos sœurs et les guerrières n’ont aucun moyen (ou presque) de regagner des points de vie. N’oublions pas l’essentiel, à savoir des combats de boss dantesques qui rythmeront votre progression.

Voir vos Sœurs mourir sur une escarmouche banale n’est en rien comparable à la frustration que nous a fait ressentir le système de classe d ’Othercide. Un problème beaucoup plus commun, mais une gangrène autrement plus importante qui sonne comme un manque de contenu. Vos guerrières ne peuvent endosser que trois archétypes: la Garde-Foi fait office de tank, La Chasse-Esprit fait du dégât à distance, tandis que la Maître-Lame inflige de grosses claques au corps-à-corps. Ce nombre aurait pu être suffisant si chaque classe avait déployé une spécialisation complète et exotique ou un nombre de compétences décent. Nous n’avons malheureusement ni l’un ni l’autre.

  Ram | Re: Zero Wiki | Fandom

À la place, les Sœurs peuvent choisir une compétence à certains paliers de niveaux. Une technique doit choisir parmi une sélection pas très extraordinaire de deux sortes. Le tout sans avoir la possibilité d’altérer le fonctionnement de ladite technique, sinon en lui collant des «Souvenirs», autrement dit des items qui vont de l’amélioration de dégâts en passant par l’augmentation des chances de coup critique et d’autres effets qui tiennent plus de l’optimisation d’un choix de game design fort. Les Sœurs ne manquent pas seulement de variété, elles manquent carrément de choix stratégique avec seulement deux compétences par classe en début de partie et cinq une fois le niveau 15 atteint. Othercide réussit heureusement à des mécaniques intelligentes pour contrebalancer la monotonie. La gestion de la chronologie est de loin la fonctionnalité la plus marquante. Peut-être pas aussi innovante dans son approche que celle d ’Danger de fer, mais assez ingénieuse et difficile à prendre en main pour rendre les combats intéressants. Nous pouvons également citer les sortes de «réaction» qui permettent de contrôler facilement le champ de bataille. Il s’agit de bonus puissants qui ne coûtent pas des points d’action comme les attaques standards, mais des points de vie, autant vous dire qu’il faut les utiliser avec beaucoup de clairvoyance.

Le syndrome du copié-collé d ’Othercide apparaît rapidement plus grave que la présence de clones dans votre liste de personnages. C’est toute la boucle de gameplay qui devient très vite répétitive. Les missions (ou Synapses), qui constituent tout de même 80% de l'expérience de jeu, reposent sur les mêmes objectifs peu nombreux. Entre le nettoyage classique, la survie et l’escorte «d’âmes innocentes», nous avons vite soupé de la structure un peu bancale du jeu qui vous demande tout de même 20 à 30 heures pour être bouclé. S’il est possible de faire le minimum syndical en termes de missions, le joueur averti tombera malgré lui dans le farm pur et simple de moments peu palpitants. C’est l’unique façon de débloquer les ressources nécessaires pour améliorer vos sœurs et évidemment le seul moyen d’avoir l’expérience pour monter en niveau. Tout ce chantier pour au final espérer battre les boss qui sont la seule véritable motivation.

  Médium sérieux : comment le reconnaître ? 5 signes infaillibles

Il est vraiment dommage de voir Othercide échouer sur son rythme de croisière, voiture autrement, le jeu instaure une dynamique de Rogue-Like qui n’est pas pour nous déplaire. Il vous faudra plus d'une course (appelée ici Réminiscence) pour triompher du titre. Chaque nouveau retour sera l’occasion de débloquer de nouveaux bonus en échange d’éclats, ceux-là mêmes que vous devez farmer en enchainant les missions. Redémarrer son aventure donne ainsi au jeu le second souffle que sa boucle de gameplay lui avait retiré.

Toute la notion de sacrifice si prometteuse en théorie s’est révélée trop contraignante.

Ce nouvel élan ne se fait pas sans quelques partis pris un peu secs. Il faut bien comprendre que si vous démarrez, volontairement ou non, une nouvelle Réminiscence, vos Sœurs iront automatiquement au cimetière, mis en perspective l’idée de sacrifice véhiculé par Lightbulb. Sauf que le sacrifice en question nous paraît un peu trop cruel. Il est ainsi presque impossible de mener une escouade de Sœurs à haut niveau sans que celles-ci soient fatalement perdues. Il y a bien la possibilité de ressusciter des sœurs, mais les jetons nécessaires pour cela sont rarissimes. Résultat: vous êtes forcés à un moment ou un autre de faire évoluer de nouvelles recrues plutôt que de ressusciter vos meilleures Sœurs. Tout cela en perdant au passage les traits de caractères que vos unités les plus expérimentées ont développé.

L’autre pendant de cette histoire de sacrifice c’est qu’il faudra forcément prendre la vie d’une soeur pour régénérer la santé d’un autre. Voilà le genre de choix impossible que nous aimons voir et qui fait le sel d ’Othercide. À vrai dire l’idée est bonne, mais se heurte à un détail important: seules les guerrières d’un niveau égal ou supérieur à la Sœur bénéficiaire peuvent être sacrifiées. Nous vous renvoyons à notre paragraphe sur la ferme d’expérience pour comprendre à quel point cela peut être casse-gueule d’envisager la mort d’une vétérane pour la substitution par une coquille vide qu’il faudra encore une fois qu’elle entraîne.

  Apprendre de la vie - ELAINE SOMERVILLE MEDIUM

Othercide avait envie de nous en faire baver et nous étions presque heureux d’encaisser les coups. Notre masochisme a cependant pris une autre tournure quand nous sommes aperçus que le jeu était un vrai bourreau adepte de la punition. Toute la notion de sacrifice si prometteuse en théorie s’est révélée trop contraignante pour être réellement bonne. Conséquence directe de cela: nous sommes condamnés à errer de mission en mission pour faire en boucle les mêmes objectifs (souvent sur les mêmes cartes) pour obtenir des ressources et des expériences. Un investissement considérable et obligatoire puisqu’il est presque impossible de garder en vie ses Sœurs les plus expérimentées. Outre ses grands reproches, il est bon de rappeler que la direction artistique et l’histoire sont là pour vous tenir en haleine si l’aventure ne le fait pas. De plus, s’il est punitif et assez redondant, Othercide a aussi une difficulté attrayante qui habille des intelligents des combats. Est-ce suffisant pour enchaîner les Réminiscences? Nous vous laissons seuls juges …

Le titre est déjà disponible, tout comme sa bande-son que vous trouverez à 9,99 € sur Amazon.

Les plus

  • Direction artistique
  • Aventure difficile bien dosée
  • Chronologie et autres mécaniques intelligentes
  • Des sacrifices pleins de potentiels…
  • L’aspect Rogue-Like fonctionne bien
  • Combat de boss haletant
  • Les moins

  • Les missions perdent vite en intérêt
  • Tendance au farm un peu trop présente
  • Manque de classes et de compétences
  • … Mais beaucoup trop frustrants en pratique
  • Des phrases répétées en boucle
  • TEST de Othercide: quand Tactical et Rogue-Like se conjuguent à l’imparfait
    4.9 (98%) 32 votes