Skip to content

Qu'est-ce que l'Église enseigne sur les diseuses de bonne aventure, les conseillers psychiques et les sorcières?

Posted in La voyance au téléphone

En tant que catholiques, nous nous souvenons que le premier commandement déclare: «Je suis le Seigneur ton Dieu. Tu n'auras pas de dieux devant moi. » Lorsqu'on lui a demandé quel était le plus grand commandement, notre Seigneur Jésus-Christ, répétant le précepte trouvé dans le Deutéronome, a dit: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force» (Matthieu 22 : 37). Alors que Dieu peut choisir de révéler l'avenir à ses prophètes ou saints, nous, en tant qu'individus, devons toujours avoir confiance en sa divine providence. Saint Paul nous rappelle: «Nous savons que Dieu fait fonctionner toutes choses ensemble pour le bien de ceux qui l'aiment, qui ont été appelés selon son décret» (Romains 8:28). Alors que nous pouvons avoir cette curiosité passagère de ce qui se passera dans le futur, nous ancrons nos vies dans le Seigneur, confiants en son amour et ses soins.

Essayer de découvrir le futur par la lecture de la paume, les cartes de tarot ou toute autre forme de révélation, ou essayer de contrôler le futur par la magie noire, la sorcellerie ou la sorcellerie viole le premier commandement. L'Écriture Sainte a de nombreuses condamnations de ces activités: dans l'Ancien Testament, nous trouvons: «Tu ne laisseras pas vivre une sorcière» (Exode 22:17), «Quiconque sacrifiera à n'importe quel dieu, sauf au Seigneur seul, sera condamné» ( Exode 22:19), «Un homme ou une femme qui agit comme médium ou diseuse de bonne aventure sera mis à mort par lapidation: ils n'ont personne d'autre qu'eux-mêmes à blâmer pour leur mort» (Lévitique 20:27), et «Que on ne trouve chez vous personne qui immole son fils ou sa fille dans le feu, ni diseuse de bonne aventure, devin, charmeur, devin ou lanceur de sorts, ni celui qui consulte des fantômes et des esprits ou cherche des oracles d'entre les morts. Quiconque fait de telles choses est une abomination au Seigneur… »(Deutéronome 18: 10-12).

Le Nouveau Testament aborde également cette question: Saint Paul a condamné la sorcellerie (Galates 5:19). Dans Actes des Apôtres, saint Paul réprimanda Elymas, le magicien, l'appelant «fils de Satan et ennemi de tout ce qui est juste» (Actes 13: 8 et suivants), et saint Pierre réprimanda Simon Magus, un magicien, qui voulait acheter les pouvoirs du Saint-Esprit pour se rendre plus puissant (Actes 8: 9ff). Dans le livre de l'Apocalypse, Jésus a déclaré: «Quant aux lâches et aux traîtres à la foi, aux dépravés et aux assassins, aux fornicateurs et aux sorciers, aux adorateurs d'idoles et aux trompeurs de toutes sortes – leur sort est la flambée de brûlures de soufre brûlant – la seconde mort »(Apocalypse 21: 8).

  Voyance gratuite téléphone sans attente

Une attention particulière doit être accordée à la sorcellerie, qui implique à la fois de démêler l'avenir et d'essayer de contrôler l'avenir. Certes, l'émission de télévision Sabrina ou l'ancienne Bewitched a peut-être construit avec légèreté une histoire autour des sorcières et de la sorcellerie. Néanmoins, la sorcellerie implique de produire certains effets qui sont au-delà de ses pouvoirs naturels grâce à l'aide de pouvoirs (l'occulte) autres que ceux de Dieu. Généralement, la sorcellerie implique un pacte avec le diable ou au moins une imploration des mauvais esprits pour obtenir de l'aide. Les annales de la sorcellerie comprennent des rites pour réveiller les morts, susciter la passion d'une personne et provoquer un désastre ou même la mort d'un ennemi. Le satanisme en particulier rend hommage au prince des ténèbres et célèbre même une «messe noire», qui parodie notre messe mais commet des actions sacrilèges et blasphématoires. Même si l'on parle de «magie blanche» ou de «sorcellerie blanche», le pratiquant invoque des pouvoirs qui ne sont pas de Dieu d'une manière en dehors de ceux de la religion prescrite.

Adhérant à la révélation de l'Écriture Sainte, l'Église a, au cours des siècles, condamné formellement les sorcières et la sorcellerie, et a jugé que les contes de fées, la lecture de cartes de tarot et autres étaient des péchés. La Didache (L'enseignement des douze apôtres, ch. 80) a averti: "Vous ne pratiquerez pas la magie." Le Conseil d'Ancyre (314) a imposé une pénitence de cinq ans à quiconque a consulté un magicien. Les premiers chanoines irlandais ont pénalisé d'excommunication quiconque se livrait à la sorcellerie jusqu'à ce que le pardon ait été demandé et la pénitence accomplie. Le pape Grégoire XV (1621) a déclaré que les personnes qui avaient conclu un pacte avec le diable ou pratiqué la magie noire qui avaient causé la mort d'un autre devaient être arrêtées et condamnées à mort par la cour laïque.

  Appel voyance offerte par téléphone

Cependant, il faut se rappeler que l'Église s'est également efforcée d'empêcher l'hystérie des sorcières ou les chasses aux sorcières folles, comme celles de Salem colonial: par exemple, le pape Nicolas I (866) a interdit le recours à la torture pour obtenir des aveux, même si cela était autorisé par droit civil et pratique judiciaire commune. Le pape Grégoire VII (1080) a interdit aux sorcières accusées d'être mises à mort pour avoir soi-disant causé des tempêtes ou des mauvaises récoltes. Le pape Alexandre IV (1258) a limité l'Inquisition à enquêter uniquement sur les cas de sorcellerie qui étaient clairement liés à des accusations d'hérésie. Néanmoins, malgré les précautions officielles, la torture était parfois utilisée et des innocents parfois mis à mort. Comme il est si facile de regarder en arrière avec du recul, on peut voir que certains cas étaient davantage des délires et de nature psychologique.

Le Catéchisme de l'Église catholique, en discutant du premier commandement, réitère la condamnation de la divination: «Toutes les formes de divination doivent être rejetées: recours à Satan ou aux démons, évocation des morts ou d'autres pratiques faussement supposées« dévoiler »l'avenir. La consultation des horoscopes, l'astrologie, la lecture des palmiers, l'interprétation des présages et des sorts, les phénomènes de clairvoyance et le recours aux médiums cachent tous un désir de pouvoir dans le temps, l'histoire et, en dernière analyse, d'autres êtres humains, ainsi qu'un souhait pour concilier des pouvoirs cachés. Ils contredisent l'honneur, le respect et la crainte aimante que nous devons à Dieu seul »(# 2116). Toute pratique qui utilise des pouvoirs occultes – que ce soit pour faire du mal ou pour manifester du bien – est condamnée comme contraire à la vraie religion. Ces pratiques sont généralement considérées comme des péchés mortels. Toute invocation du diable serait clairement considérée comme un péché mortel.

Cependant, des pratiques comme les horoscopes ou la lecture des palmiers peuvent être considérées comme des péchés véniels si elles sont effectuées par ignorance ou par stupidité, pour le plaisir ou le plaisir, et sans conviction ferme. Néanmoins, même les pratiques les plus simples peuvent nous séduire à une banalité du mal – l'histoire de l'exorcisme du petit garçon qui a servi de base au livre The Exorcist a commencé avec son utilisation d'une planche ouija.

  Image voyance par téléphone

Nous croyons, comme l'écrivait saint Jean, «Dieu est amour» (I Jean 4:16). Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne meure pas mais ait la vie éternelle »(Jean 3:16). Jésus est la lumière du monde, brillant à travers les ténèbres (Jean 1: 4-5). Il est le chemin, la vérité et la vie (Jean 14: 6). Invoquer Satan ou tout autre pouvoir, entrer dans les ténèbres (l'occulte) pour toute assistance, ou tenter d'usurper des pouvoirs qui appartiennent à Dieu seul est un défi à l'autorité du Dieu Tout-Puissant. Commettre de tels actes, c'est se détourner de Dieu et mettre nos propres âmes en danger.

Qu'est-ce que l'Église enseigne sur les diseuses de bonne aventure, les conseillers psychiques et les sorcières?
4.9 (98%) 32 votes