Skip to content

Alain Buet, le chant du poète

Posted in La voyance au téléphone

Alain Buet

Baryton

Depuis la Provence, non loin des gorges du Verdon, où il réside en ces temps de confinement, Alain Buet essaie de «conserver le lien» avec ses élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP). «Le contexte est vraiment difficile pour ces jeunes gens, au moment où ils jouent leur avenir artistique. Il est donc essentiel de garder le contact, de l'épaule à distance », assure le baryton dont les qualités de pédagogue sont unanimement saluées. Un enseignement dispensé depuis 2007 et qui se nourrit de sa propre pratique de la musique, ancienne et contemporaine, profane et sacrée.

Un voyage à 5 musiciens

La chaleur de son timbre de baryton et la sobre expressivité de son style séduisent autant dans l’oratorio que dans l’opéra. Ou, comme aujourd’hui, dans le lied. Son dernier enregistrement (1) est consacré au Voyage d’hiver de Schubert, ce cycle de 24 mélodies déchirantes sur les poèmes de Wilhelm Müller, composées par l’auteur de la Symphonie inachevée un an avant sa mort.

«Idoménée», roi d’Aix-en-Provence

«Je ne suis pas certain que j’aurais gravé ce monument de la musique vocale qui n’existe pas déjà tant de versions magnifiques, s’il ne s’était agi d’un projet un peu différent», confie Alain Buet. La violoniste Gilone Gaubert a, en effet, transcrit la partie de piano pour quatuor à cordes et le Voyage se vit ainsi à cinq et non plus à deux. «La sonorité des cordes confère une ambiance plus âpre qui porte au drame, mais sans emphase. L’opulence du piano laisse place à un climat intime, et l’archet des instruments à cordes épouse parfaitement le souffle de la voix », se félicite le baryton. Il compare ce compagnonnage à une «cordée»: le mouvement de chacun se transmet aux autres, «dans l’esprit d’un chemin parcouru ensemble, un unisson qui correspond bien à l’écriture de Schubert».

  Consultations par téléphone voyance cabinet

Alliance entre musique et poésie

Il souligne d’ailleurs combien le compositeur, grand admirateur du bel canto italien en vogue à Vienne au début du XIXe siècle, aime «choyer» la voix humaine. «Le lied n’est pas un genre démonstratif qui épate l’auditeur comme le ferait un air de bravoure d’opéra. Mais il touche chez l’interprète comme chez celui qui s’écoute une fibre profonde et précieuse », assure Alain Buet. Son enregistrement, soutenu par une prise de son délicate, en témoigne. De manière lumineuse, intense.

Déploration d'un homme souffrant, blessé par le chagrin d'un amour non partagé, Le voyage d'hiver ne peut pour autant, assure Alain Buet, se résumer à une complainte sublime mais égotiste. «Il me semble au contraire que le génie de Schubert donne la voix à tous ceux qui sont ballottés, désorientés, chassés de chez eux. Je pense en particulier aux migrants qui doivent quitter une terre aimée, une famille, toute une vie, pour partir au hasard, avec l’angoisse du lendemain. »L’alliance si parfaite et poignante entre la musique et la poésie permet au message de vibrer« au-delà de celui d’un destin particulier. J’ai alors le sentiment d’être une porte-parole, de chanter pour les autres ».

Le texte privilégié

Et si le travail sur l’harmonie des timbres, l’intonation, les phrasés, les dynamiques reste essentiel, le musicien recherche plus encore ce moment rare «où l’esthétique et l’éthique se rencontrent». Il évoque alors le dernier mensonge du cycle, ce Joueur de vielle dont la sébile reste cruellement vide de toute obole. «J’ai entendu des versions très simples mais extrêmement touchantes de ce lied où un chanteur, parfois peu expérimenté, s’accompagnait d’une guitare. Elles frappaient au cœur par leur sincérité, leur honnêteté. Comme peut le faire aussi un artiste comme Sting quand il glisse sa voix dans les merveilleuses chansons de John Dowland… »

  Comment surmonter la perte de son amour ?

Dans une cantate de Rameau, le Requiem de Mozart ou Pelléas et Mélisande de Claude Debussy (dont il fut un exceptionnel Golaud, «cet homme ordinaire que la jalousie pousse au pire»), Alain Buet privilégie toujours le texte. «C’est de lui que tout procède. Comment voulez-vous, par exemple, chanter du grégorien, si vous ne comprenez pas chaque mot prononcé? », Assure-t-il.

Il insiste également auprès de ses étudiants sur la connaissance du contexte de création des œuvres qui mettent en œuvre le métier. Une démarche intellectuelle et sensible qui enrichit la compréhension musicale et, surtout, «transforme l’interprète, le rend plus juste, plus authentique. Il faut que le chanteur apprenne à s’oublier lui-même au profit d’une dimension plus vaste, plus généreuse ». Un idéal humain autant qu'artistique.

————————————————-

Inspiration fils. Les paysages de la montagne Sainte-Victoire

Depuis le début du confinement, je réside chez moi en Provence. De ma fenêtre, j’ai la chance de contempler l’un des plus beaux paysages qui soient. Je vois la montagne Sainte-Victoire, sa face nord. Et, en même temps, j’entends les oiseaux comme jamais. En cette période si singulière et inquiétante, alors que le bruit des avions s’est tu, leur chant peut résonner, sans concurrence, dans un silence habitituel. C’est extraordinaire! Et j'avoue que cela me porte à un certain optimisme: je veux croire en effet que cette redécouverte de la nature nous invitera, nous incitera, à plus de respect et plus de clairvoyance, envers elle et envers les autres, quand la vie « normale »reprendra ses droits.

  Augmenter votre pouvoir de voyance - Voyants de voyance
Alain Buet, le chant du poète
4.9 (98%) 32 votes